Mise à jour des prévisions du KOF : récession historiquement basse - retour au niveau d'avant la crise au plus tôt en 2022

Comme l'avait prévu le KOF, l'économie suisse a connu un 2ème trimestre très rouge, même si la récession a été moins sévère en comparaison internationale. Toutefois, la situation intrasectorielle et intersectorielle est très hétérogène. Les conséquences de la crise sont aussi clairement visibles sur le marché du travail, où le minimum n'est probablement pas encore atteint.

Le KOF ne modifie pratiquement pas ses prévisions de croissance du PIB en 2020 (-4,7 %). En 2021, elle prévoit une augmentation de 3,7 %.  

La pandémie a plongé l'économie mondiale dans une profonde récession en mars et avril 2020. Au cours du premier semestre, la production mondiale a chuté bien plus nettement que pendant la crise financière mondiale de 2008, bien que la production industrielle mondiale et le commerce mondial aient récemment diminué dans une mesure similaire à celle de la crise financière. Toutefois, si la consommation privée a été un facteur de stabilisation en 2008, elle a entraîné un recul massif de l'économie mondiale au cours des derniers mois.

Depuis la levée des confinements et la reprise de l'activité de consommation, l'activité économique mondiale connaît à nouveau une forte croissance. Les effets de rattrapage jouent également un rôle important à cet égard. Cependant, la production mondiale est actuellement encore bien inférieure à son niveau d'avant la crise - et il est peu probable qu'elle atteigne à nouveau ce niveau à l'horizon des prévisions. Le KOF s'attend plutôt à un faible développement économique après la fin du rebond actuel. Cette situation s’explique notamment par le fait que la crise s'accompagne d'une perte de pouvoir d'achat. En outre, les investissements sont affectés par l'effondrement des bénéfices et le niveau élevé d'incertitude. Les ajustements structurels deviennent ainsi plus difficiles, ce qui continue également à freiner la croissance économique. Toutefois, les plans de relance économique adoptés par de nombreux pays apportent une certaine contre-mesure. Les banques centrales fournissent également de grandes quantités de liquidités et soutiennent l'économie à court et moyen terme en achetant des titres.

Suisse : retour à la croissance de la valeur ajoutée attendu après la profonde récession du 2ème trimestre

L'économie suisse est actuellement au milieu de la pire récession des 45 dernières années. Les chiffres publiés aujourd'hui par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), qui montrent un effondrement du produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre de 8,2% (non annualisé), confirment les dernières prévisions du KOF (-8,4%). Le marasme touche presque toute l'économie et la fin n'est pas encore en vue. Après le résultat rouge foncé du 2ème trimestre, le KOF s'attend déjà à un retour à une croissance de la valeur ajoutée au 3ème trimestre en cours. Toutefois, il est peu probable que le niveau de fin 2019 soit à nouveau atteint avant 2022. Dans son scénario de base, le KOF table actuellement sur une baisse du PIB de 4,7 % pour 2020 (dernière prévision : -4,9 %). L'année prochaine, la croissance du PIB devrait atteindre 3,7 % (dernière prévision : 4,1 %).

S'il devait y avoir une deuxième vague, le KOF continue de s'attendre à une baisse du PIB de près de 6 % cette année. Au cours du deuxième trimestre, les transports et l'industrie hôtelière, entre autres, ont particulièrement souffert. Une longue période de faiblesse se manifeste dans le trafic aérien fortement restreint. Ces secteurs freineront donc le développement économique plus que prévu. L'industrie du bâtiment a également enregistré un deuxième trimestre faible. Toutefois, la récession qui y règne risque d'être plutôt temporaire. L'industrie pharmaceutique a stabilisé l'économie suisse au cours du premier semestre de l'année et devrait continuer à le faire. Malgré cette stabilisation, l'industrie de transformation a subi un net recul, qui persistera en raison de la situation économique internationale. Le commerce de détail revient lentement à la normale, tandis que le commerce de transit a connu une forte croissance au deuxième trimestre. Toutefois, la situation est très inégale dans certains secteurs. Dans le secteur du commerce de détail, par exemple, les grands magasins et le commerce en ligne profitent de la situation actuelle, tandis que les détaillants spécialisés continuent de souffrir.

De nombreuses personnes se retirent du marché du travail

Les derniers chiffres montrent que la crise liée à la pandémie a frappé de plein fouet le marché du travail. Sur le plan saisonnier, le nombre d'emplois a diminué d'environ 58 000 au deuxième trimestre par rapport à la fin de 2019, et le nombre de personnes ayant un emploi a chuté de pas moins de 106 000 au cours de cette période. Dans le même temps, le chômage partiel a été introduit pour plus d'un quart des salariés depuis le début de la crise. Seule la moitié environ de la forte baisse de l'emploi s'est traduite par une augmentation des chiffres du chômage. Cela est dû à un phénomène dont l'ampleur était surprenante : au cours du deuxième trimestre, une grande partie de la population active s'est retirée du marché du travail. Beaucoup de ceux qui aimeraient travailler ont cessé de chercher activement un emploi.

À l'heure actuelle, le marché du travail est donc toujours dans un état de sous-utilisation importante. De nombreuses entreprises ont encore recours au chômage partiel pour une partie de leur personnel, ce qui leur permet d'intensifier leurs activités sans avoir à embaucher de nouveaux employés. Le nombre de postes vacants est par conséquent faible. En outre, de nouvelles fermetures d'usines et des licenciements massifs sont susceptibles d'être signalés dans les prochains mois. Les personnes qui se sont retirées du marché de l’emploi par découragement peuvent également reprendre leur recherche d'emploi. Le KOF part donc du principe que les chiffres du chômage corrigés des variations saisonnières continueront à augmenter légèrement au second semestre et que le pic du chômage ne sera pas dépassé avant le début de 2021.

 

Contact

Prof. Dr. Jan-Egbert Sturm

Director of KOF Swiss Economic Institute
  • LEE G 305
  • +41 44 632 50 01

Professur f. Wirtschaftsforschung
Leonhardstrasse 21
8092 Zürich
Switzerland

JavaScript has been disabled in your browser